Saut à Montsoreau

Dimanche 14 août 2016, réveil à 6h, départ trente minutes plus tard. Je programme un itinéraire, 86 km, plus d’une heure de trajet. Où vais-je ? Aux puces de Montsoreau ! Au sud de Saumur, à côté de l’abbaye de Fontevraud, escale de choix pour les particuliers avertis et les brocanteurs de la région. Mon GPS m’indique une arrivée imminente, je prends un pont et je découvre Montsoreau..

Le pont étroit en poutres en treillis datant de 1917 laisse apercevoir entre lesdites poutres le visage d’un bourg au bord de la Loire et d’un château typique de la région. L’émerveillement intensifié par le soleil du matin. Puis la vue de pans de falaises, dans celles-ci des ouvertures comme des fenêtres, quelques maisons, habités ? Je laisse la falaise derrière moi pour trouver une place en amont du centre ville. Il était quasiment 8h et les exposants étaient sur le pied-de-guerre pour placer leurs étales et trésors. A l’extrême-ouest des puces, une fine odeur de poisson a jailli, je m’approchais des quais. Car oui, la spécialité des puces de Montsoreau est son périmètre d’activité, ses quais aux pavés irréguliers.

Je commence ma première expédition entre les exposants déballant leurs curiosités, je remarque des objets en cristal, des tableaux (mais depuis la saison dernière, fructueuse en tableaux et gravures je me résigne à me laisser déborder par la tentation), du mobilier ancien. J’aperçois enfin des anciens ouvrages, un domaine devenu passion pour ma part. Plusieurs XIXe, quelques XXe. Je repars avec un exemplaire de L’Esprit des Lois de Montesquieu, édition 1886 en bon état, malgré le fait que ce ne soit pas une édition d’origine de 1748, l’ouvrage était sur ma liste depuis qu’un professeur de droit de première année nous avait expliqués la comparaison avec le régime anglais.Je pars également avec un ouvrage lourd et épais, La guerre russo-japonaise par les récits d’un témoin oculaire, rare en soit l’ouvrage est contemporain avec le conflit (1904) et disposes de nombreuses gravures et photographies d’époques, il rejoindra ma bibliothèque !

Je retourne à mon véhicule, dépose mes nouvelles acquisitions puis retour aux puces. Cette fois les exposants ont terminés leurs déballages et le nombre de trésors sur les étales est devenu conséquent. Encore des anciens ouvrages, mais les sujets n’ont pas allumés mon étincelle de curiosité, ou le prix ne me convenait pas (il faut dire le dire je suis dur en affaire). Au détour d’une étale une vitrine, dans celle-ci d’innombrables babioles, mais je remarque ce qui peut s’apparenter à une écriture en Fraktur, je demande à voir et je découvre une petite pochette de cartes postales sur des gravures du Vieux Strasbourg, excellent ! Dans cette pochette une carte postale datant de l’époque allemande (1871-1918), assez rare dans cette région de la Loire si éloignée de la Plaine. Ce brocanteur me présente alors ces paquets de cartes postales, je repars avec quinze d’entre-elles, certaines non écrites présentes des scènes de la grande-guerre (ravitaillement, caserne), l’une des cartes écrites a comme support une carte allemande d’après-guerre !

Sur une énième étale je suis intéressé par une babiole à l’effigie de l’Empereur Napoléon Ier, totalement néophyte dans ce domaine l’exposant, expert en portraits miniatures m’explique en détail l’univers de ces miniatures, véritables photographies pour nobles et châtelains d’Ancien-Régime, la pratique s’éteint peu à peu pour laisser sa place à la photographie mais s’exerce pour les reproductions d’ancienne miniatures. Je repars donc avec ladite miniature datant du fin 19e, les plus prisées sur le marché sont antérieurs à la Révolution mais leurs prix se comptent à partir de 300€.

Sans titre 1

Sur le chemin du retour je me suis arrêté près de ce pan de falaise qui m’avait tant émerveillé lorsque je suis arrivé, il s’avère qu’on ne peut accéder aux hauteurs présentant des habitations en pierres blanches, je réussi cependant à trouver un petit chemin qui menait à une cave à vins enfouit sous ladite falaise, le panorama y était renversant.

A très bientôt Montsoreau !

Publicités