Arrivés de Bohême ; les HILDWEIN d’Hettenschlag

Mes recherches concernant les ancêtres ma trisaïeule Marie Eugénie HILDWEIN (°13/12/1880 à Rustenhart) m’ont amenées à découvrir que cette dernière n’était pas d’origine allemande, comme je l’imaginais. Au contraire Eugénie est d’origine autrichienne, mais non de l’Autriche elle même ; à l’époque de l’Empire autrichien des Habsbourg, la branche HILDWEIN est originaire d’un petit village de Bohême, Weißensulz (aujourd’hui Bělá nad Radbuzou en Tchéquie).

Mariage Hildwein

Extrait de l’acte de mariage de François Séraphin HILDWEIN et d’Ursule BÖESCH – Archives Haut-Rhin

Je suis arrivé à cette conclusion après la lecture de l’acte de mariage de l’arrière grand-père d’Eugénie, un certain François Séraphin HILDWEIN marié le 6 octobre 1807 à Hettenschlag dans le Haut-Rhin avec Ursule BÖESCH (°1770). Pas de mention de date de naissance dans cet acte, le seul indice mis à ma disposition à ce moment là est la certitude que ses parents, Georges HILDWEIN et Barbara HANNAKAN sont décédés à Weißensulz avant 1807. C’est avec la découverte de l’acte de décès de François que j’ai pu avancer dans la recherche de son acte de naissance. En effet ce dernier en date 28 décembre 1855 précise que l’émigré autrichien est décédé à environ 79 ans, cela nous amène donc aux alentours de 1776.

porta fontium

Porta fontium

Je me suis émancipé d’un premier blocage en découvrant au fil de mes recherches une base de données tchèque ‘Porta fontium’ ayant numérisée les registres autrichiens de Weißensulz (naissances, mariages et décès). Le second blocage, toujours de taille, se décrit par la difficulté de confondre François Séraphin et ses parents. Pour cause, les actes de naissances ne font mention que d’un seul des prénoms des parents, que je suppose être le prénom usuel, également dans les actes de décès pas de mention de l’âge du défunt, les quelques chiffres mis à disposition sur le registre doivent correspondre aux numéros de registres concernant les familles. Il y a bien un acte qui peut s’apparenter à celui de François. Ce dernier date du 5 mars 1778 dans un registre où la mère est citée avant le père, ce que je suppose être un registre d’enfants naturels ou non légitimés, question à vérifier. L’acte mentionne la naissance de Franciscus entre une certaine Barbara HILDWEIN et un Joannes HILDWEIN. Sachant qu’un acte de décès en date du 9 septembre 1803 mentionné un certaine Joannes Georg HILDWEIN on peut penser que ce soit la même personne, mais là encore rien n’est certain.

Possible naissance François Séraphin

Possible naissance de François Séraphin ?

Ce qui est certain en revanche, c’est que François arrive en Alsace vers 1807, se marie avec la fille de Jean Jacques BÖESCH (°1721), Bourgmestre et receveur d’impôts de Weckolsheim et de Catherine ALBIETZ (°1730), native du Wurtemberg. François et Ursule vont avoir trois enfants, tous nés à Hettenschlag ;

  • François Joseph, né le 30 mars 1808.
  • Sébastien, né le 29 mars 1813, le grand-père d’Eugénie.
  • François Joseph, né le 4 décembre 1817.

Tous cultivateurs, ces derniers vont avoir 6 enfants, 9 enfants et 11 enfants. Certains d’entre eux seront victimes de la mortalité infantile. Mais la descendance suit avec les petits-enfants de François Séraphin, notamment le père d’Eugénie, Jean-Baptiste HILDWEIN (°27/02/1854), dernier fils de Sébastien et de Madeleine BÖESCH (°1815) qui elle même est une lointaine cousine d’Ursule, la grand-mère de Jean-Baptiste.

hildwein1

Arbre descendant de François

hildwein2

Arbre descendant de Sébastien

hildwein3

Arbre descendant de Joseph

Cela s’est pratiqué à deux reprises parmi les descendants de François et d’Ursule. Il faut dire que le petit village d’Hettenschlag a pris de l’ampleur notamment par les naissances successives des HILDWEIN. D’ailleurs, François Joseph deviendra Maire du village de 1860 à 1865 (cf. début des actes de la période concernée). On peut d’abord noter un premier mariage de cousins entre Joseph HILDWEIN (°1845), fils François Joseph et de Marie Anne DAHINDEN et Marie Anne HILDWEIN (°1851), fille de François Joseph et de Marie Anne SONTAG, un mariage entre cousins germains. Le second mariage entre cousins germains a été conclu entre Antoine HILDWEIN (°1851), fils de Sébastien et de Madeleine BÖESCH et Marie Victoire HILDWEIN (°1860), fille de François Joseph et de Marie Anne SONTAG. Ce couple auront un fils nommé Eugène, né le 9 septembre 1887, il participera à la Grande Guerre du côté allemand en tant que télégraphiste de forteresses au sein de la Festungs-Telegraphen Bau Compagnie 7. mais pour un court instant, il deviendra ensuite conducteur sur le front.

La Grande Guerre a mobilisé du côté allemand onze HILDWEIN. Notamment François Xavier (°1893), l’enfant de Laurent HILDWEIN né 10 novembre 1845 à Hettenschlag qui lui a participé à la Guerre de 1870 du côté français en tant que Sergent du 40ème Régiment d’Infanterie. Lors de ma prochaine escapade aux Archives de Colmar je compte bien cherché des informations le concernant lui et son fils.

Le retour à la nationalité française n’a pas été acceptée par certains HILDWEIN qui vont commettre quelques désordres au cours des années folles. Xavier HILDWEIN (°1880), fils de Sébastien et de Marie Anne MÜLLER sera condamné le 26 mars 1920 à 25 Francs d’amendes pour détention d’armes et de munitions militaires, était-ce de l’ancienne manufacture prussienne ? Son cousin Charles HILDWEIN (°1881), fils de Joseph et de Marie Anne va être condamné quant à lui plusieurs fois à quelques mois de prisons entre 1925 et 1928, notamment pour coups et blessures.

Pour le moment je n’ai réussi à me procurer que trois dossiers militaires allemands des mobilisés HILDWEIN, Eugène et les frères Alfred et Jean-Baptiste. Jean-Baptiste (°1884 à Dessenheim) sera mobilisé au sein de la 2ème Compagnie du 172e Infanterie Regiment, mais un éclat d’obus dans le dos sur le front de l’Yser le 10 mai 1915 va à terme le démobilisé, il deviendra après guerre un conducteur de tramway à Colmar. Alfred (°1891 à Dessenheim) sera lui mobilisé dans le 171e Infanterie Regiment et connaîtra le front de France et de Belgique d’août à novembre 1914 puis de nouveau à partir de mai 1918, mais la plupart de sa campagne se passera à l’Est, notamment sur le fleuve Sereth, puis à Putna et Susita (Roumanie actuelle). Blessé et malade à plusieurs reprises Alfred redeviens français et finira ses jours à Dessenheim jusqu’à son décès en 1987.

 

Sources :

  • Archives Départementales du Haut-Rhin ; actes naissances, mariages et décès des différents HILDWEIN d’Hettenschlag.
  • Archives Départementales du Haut-Rhin ; dossiers de demandes de cartes d’Anciens combattants.
  • Porta fontium ; registres numérisés de Weißensulz.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s