Des alsaciens dans l’Ouest ; le départ des SUTTER

Nous sommes en 1937, ma grand-mère paternel descend de la Mathis familiale, elle trouve des maisons lui rappelant sa région natale, l’Alsace ! Elle n’a que six ans mais est parfaitement bilingue, entre le français cela va de soit et l’alsacien qu’elle utilise en famille et entre les amis originaire du Haut-Rhin. Cependant elle n’est pas en Alsace, malgré l’architecture de ces maisons neuves. Elle se trouve entre les communes de Précigné et de Louailles dans le département de la Sarthe, à plus de 700 km de chez-elle. Pourquoi est-ce que la jeune alsacienne a fait ce long périple à travers la France pour se retrouver dans une région inconnue ? Pourquoi abandonner la vie confortable à Buhl ? Elle doit ce changement de résidence à une société alsacienne qui a sentie les prochains jours de la guerre.

Huit ans plus tôt, le dix-septième jour du mois de mai se sont mariés les jeunes Nicolas Charles SUTTER, 22 ans et Eugénie Maria LAPP, 22 ans dans l’église de Guebwiller, une commune au nord de Mulhouse dans le département du Haut-Rhin. Charles est menuisier, fils de Nicolas SUTTER, 42 ans, fileur à Buhl, vétéran de la Grande Guerre (dans l’armée allemande) et d’Anna RITTER, ouvrière d’usine âgée de 41 ans. Durant son adolescence il pratiqua la lutte greco-romaine, il devient Champion d’Alsace, de Lyon et d’Auvergne et obtenu la 3e médaille du Championnat de France. Charles bien que né sous l’Empire allemand a retrouvé sa nationalité française après la guerre de 14-18 comme l’indique les clauses du Traité de Versailles de 1919. La totalité de mes branches alsaciennes choisirent l’Allemagne après le conflit de 1870 et le traité de Francfort du 10 mai 1871. Maria LAPP est bobineuse, fille de Xavier Victor LAPP, 48 ans, graisseur à Guebwiller et de Maria Eugénie HILDWEIN, 49 ans.

WP_20160818_16_56_23_Pro

Charles SUTTER, Maria LAPP, Roger, leurs fils & ma grand-mère. Vers 1934 à Buhl, Rue du Neubruck

Rue du Neubruck aujourd’hui

Ils habitent une maison à Buhl, Rue du Neubruck, encore visible aujourd’hui. Pendant ce temps à Richwiller, la Société Alsacienne d’Explosifs (S.A.E ou encore Alsetex) est préoccupée par les intentions belliqueuses du dictateur d’outre-Rhin. Cette société fournit depuis 1920 de l’équipement artificier et chimique pour les départements de l’Est de la France. Elle décide de délocaliser la production à l’Ouest, dans la forêt de Malpaire dans le sud du département de la Sarthe. La société demande alors des volontaires de la région pour aller construire cette nouvelle usine ainsi que les habitations des ouvriers. Des amis de Charles travaillant dans cette société lui ont proposés cette opportunité ; ces mêmes amis ont aidés dans la construction de la maison Rue du Neubruck. Charles accepte, cependant il ne peut emmener sa famille pour le moment, il doit partir seul.

WP_20160818_13_56_10_Pro

Les alsaciens pendant la construction du site de Malpaire ; Charles, premier en bas à gauche. 1935

700 km plus loin, Charles et la petite troupe d’alsaciens arrivent dans le petit bourg de Précigné. La société les logent à La Boule d’Or, tenu par l’hôtelier Pierre CROSNIER, 44 ans. C’est Maurice DENIAU, 27 ans qui sert de chauffeur aux frais de la société pour transporter Charles et ses confrères au site de construction dans la forêt de Malpaire à une dizaine de minutes du bourg. Parmi les volontaires on retrouve les amis de Charles ; Xavier SPINNER, 29 ans et Alfred BOURGARDEZ, 27 ans, ajusteurs. Jules THOMANN, 32 ans et sa femme Anna KLEBER âgée de 28 ans, ouvriers. Eugène HAIGY, 25 ans, ajusteur ; Paul DREYFUSS, 27 ans, employé ; Antoine BECK, 26 ans, contremaître. Egalement Joseph GLASS, 26 ans, un comptable de Colmar qui résidait dans le bourg même et non pensionnaire à La Boule d’Or. On compte parmi les alsaciens de Malpaire des italiens venus de Travedona en Lombardie ; notamment Carlo BINA, 43 ans et ses frères Jean et Bonaventura, tous deux 33 ans.

En une année le site est construit, un petit complexe de plusieurs ateliers, une cheminée est encore visible aujourd’hui au sein de l’entreprise Mecaplast. Les habitations également. Dans un style rappelant l’Alsace, des maisons blanches aux toits rouges. Charles en tant que menuisier s’est occupé des charpentes, utilisant sa fière varlope pour affiner ses ouvrages de bois . La Cité d’Alsace accueil donc les ouvriers de la société Alsetex. Charles devient alors contremaître, il occupe l’une de ces maisons qu’il  a construit de ses mains ; sa femme et ses enfants le retrouve, une nouvelle vie commence ! Encore aujourd’hui quand je foule la Cité d’Alsace, qui n’a pas changé depuis 81 ans, à part bien sur le parking de Mecaplast qui a remplacé une partie de la forêt, je retrouve mon arrière grand-père qui était sur ces toits en constructions, j’imagine ces alsaciens éloignés de leur province natale à parler dans leur langue, à partager leur culture commune dans une province étrangère. Pourtant, cette nouvelle vie en dehors de la Plaine sera de courte durée pour les SUTTER… A suivre.

Sources :

  • Archives familiales ; récit et photographies
  • Archives départementales de la Sarthe, Recensement de Précigné année 1936, Cote 2 Mi 289_57
  • Historique de la Société Alsacienne d’Explosifs, site de la Commune de Précigné [http://precigne.com/index.php?option=com_content&view=article&id=44&Itemid=121]
Publicités

3 réflexions sur “Des alsaciens dans l’Ouest ; le départ des SUTTER

  1. Pingback: Veille généalogique #3 : 12 août – 18 août – Le temps s'en mêle

  2. Pingback: Sous l’uniforme allemand, un alsacien durant la Grande Guerre | Geneachronie

  3. Pingback: Tombé dans la Somme | Geneachronie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s